Discrimination

Communiqué de Presse, UDC Grand-Saconnex, le 3 février 2015

Discrimination: un membre UDC du Grand-Saconnex reçoit l'interdiction de la Mairie de se présenter aux municipales

A la veille de la clôture des listes pour les élections municipales, un candidat UDC, employé de la commune du Grand-Saconnex, se voit contraint par le Conseil administratif via son secrétaire général de retirer sa candidature. En cause, son devoir de fonction, jugé incompatible avec une éventuelle élection au Conseil municipal. Voilà qui est étrange alors que cet employé occupant le même poste, avait obtenu le droit de se présenter lors des deux législatures précédentes sous les couleurs moins identifiables d'un parti communal.

Notons encore que cette prétendue proximité ne semblait pas poser problème sous ses couleurs politiques d’alors. Pas plus qu'elle ne posait problème à ce chef de service PLR qui a siégé au municipal plusieurs législatures dans les rangs du parti qui contrôlait la Mairie, sans que celle-ci ne s’en émeuve.

Quant aux statuts du personnel certes en cours de révision, les nouvelles règles qu’il pourrait contenir à cet égard ne sont pas encore d’actualité.

Vous avez dit deux poids, deux mesures ? L'UDC Grand-Saconnex, en course pour l'exécutif et le délibératif, fait-elle si peur aux partis au pouvoir?

Au Lendemain des Votations du 9 février 2014

L’UDC-Genève dénonce l’hystérie ambiante qui règne à Genève

Au lendemain des votations du 9 février, notre secrétariat a reçu de trop nombreux messages de citoyens profondément écœurés par les réactions d’une rare hostilité manifestée à l’égard de celles et ceux qui ont eu l’outrecuidance (!) de s’exprimer à faveur de l’initiative de l’UDC contre l’immigration de masse. Manchettes et articles de quotidiens haineux à l’encontre de la Suisse qui a dit oui à notre initiative, intervention de politiciens, tel le député PDC Buchs, ouvertement rebelles au lien confédéral l’année même du 200e anniversaire de l’entrée de Genève dans la Suisse, propos agressifs et blessants jusque sur les places de travail, le climat délétère qui règne à Genève après une votation populaire laisse notre parti particulièrement perplexe quant au respect qui devrait être manifesté à l’égard de notre démocratie.

L’UDC-Genève s’adresse publiquement aux autorités et plus particulièrement à M. François Longchamp, président du Conseil d’Etat, pour lui rappeler qu’il est à la tête de l’exécutif cantonal pour l’ensemble de la population genevoise et non pas d’une partie de celle-ci. L’UDC-Genève attend sans délai de ce dernier qu’il ramène le débat à de justes proportions et n’attise pas les rancœurs des citoyens qui ont perdu cette votation par des déclarations partisanes indignes de fonction.

Il est particulièrement regrettable que l'UDC, parti démocratique et représenté à tous les niveaux institutionnels de notre pays, soit obligé d’intervenir pour que raison soit gardée après l’exercice ordinaire de la démocratie directe. Nous rappelons que cette votation fédérale, acceptée par la majorité de notre population et des cantons, devra être mise en pratique au niveau fédéral et aussi au niveau cantonal. N’en déplaise à certains magistrats de gauche comme de droite.

l’immigration de masse, au secours d’un exécutif en panne d’idées

Programme de législature 2014-2018 : l’immigration de masse, au secours d’un exécutif en panne d’idées

(UDC-Genève, 12 juin 2014) Six mois après sa prestation de serment, le Conseil d’Etat a dévoilé son programme de législature. Dans un document de 24 pages qui n’excelle pas par son originalité, le gouvernement place « la gestion des conséquences du frein à l’immigration » comme première de ses priorités « pour consolider les bases de la prospérité du canton ».

Les analystes politiques en conviennent : le programme de législature 2014-2018 a laissé les Genevois sur leur faim. Timoré, le Conseil d’Etat tire les conséquences des 2500 logements annuels promis lors de la précédente législature. Ainsi, pas de mesures concrètes, pas de chiffres précis ou de promesses que nos sept sages cantonaux ne sauraient tenir. La quasi-totalité des actions et des mesures préconisés par le Conseil d’Etat dans ses « axes prioritaires » s’apparentent davantage à des constats, à un rappel de problématiques que les Conseils d’Etat successifs ne sont pas parvenus à résoudre.

La seule touche d’originalité du programme est apportée par le positionnement en première place des priorités du gouvernement la gestion des conséquences de l’adoption par le peuple et les cantons de l’initiative contre l’immigration de masse, intervenue 2 mois après la prestation de serment du Conseil d’Etat. Pour l’UDC, la concrétisation de l’initiative contre l’immigration de masse est une chance pour Genève, car elle apportera des réponses concrètes, notamment en matière de priorité des Suisses sur le marché du travail, de logement, de maîtrise des dépenses d’aide sociale et de qualité de vie. 

Pour tous renseignements :

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale